22/28
Home / Tag étude /

19731227-14-friardel-brun

19731227-14-friardel-brun.jpg 19730429-50-Gatteville-stage-baguageThumbnails19600300-50-saint-come-du-mont-Travers19730429-50-Gatteville-stage-baguageThumbnails19600300-50-saint-come-du-mont-Travers19730429-50-Gatteville-stage-baguageThumbnails19600300-50-saint-come-du-mont-Travers19730429-50-Gatteville-stage-baguageThumbnails19600300-50-saint-come-du-mont-Travers
Dimensions
640*448
File
19731227-14-friardel-brun.jpg
Filesize
194 KB
Visits
19060
Rating score
no rate

1 comment

  • collette - Friday 4 January 2008 13:58
    Carte postale "Edition J. Denis - Photos - Orbec"
    postée le 27 décembre 1973 par R. Brun
    Scan J. Collette
    titre: "Ferme du Gros Chêne Friardel, par Orbec (Calvados)"
    C'est là que Roger BRUN a developpé ses collections naturalistes normandes à partir des années 1950. Le professeur J. Daget, inspecteur général des musées d'Histoire naturelle en visite le 31 janvier 1983 à Friardel en compagnie de G. Breton, conservateur du Musée d'H N du Havre, a écrit dans son rapport que Roger BRUN "aura probablement été l'un des derniers possesseurs d'un "Cabinet d'Histoire Naturelle" dans la grande tradition des siècles derniers inaugurée par Lafaille à La rochelle".
    Les vitrines étaient au rez-de- chaussée à gauche sur la photo, et son atelier de taxidermie plus à droite (compter les fenêtres 7 et 8 à partir de la gauche). Quand ses pièces de collection commencèrent a être à l'étroit, il a bâti (lui-même) un bâtiment indépendant (et résistant à l'ncendie) à proximité de la maison à droite.
    Le nom de la ferme est lié à la présence d'un chêne multicentenaire à l'entrée sur la route d'Orbec à Vimoutiers. A l'époque, le plateau de Meulles à Friardel était occupé par de très nombreux vergers de pommiers et pâturages en prairie naturelle, mais il existait déjà des parcelles cultivées (dites "la campagne" ). Actuellement, les parcelles cultivées ont presque complètement remplacé les prairies.
    Les parcelles en propriété de R Brun étaient reconnaissables au fait qu'elles étaient systématiquement plantées d'un alignement central de peupliers (Ombre pour le bétail ?)
    Jean Collette