Accueil / Commentaires utilisateur

Filtre
Affichage

  • collette - Jeudi 30 Mai 2013 08:26
    Nicole GIRARD précise: (Mail 28 mai 2013)
    A propos de la photo du 1/5/73 à Gatteville ; Audigou n'est pas ornithologue, c'est un pédagogue qui organisait des stages de pédagogie mais il nous trouvait aussi des terrains de baguage intéressants dans sa commune de Teurthéville-Hague et nous l'avions invité ce jour-là.
  • collette - Lundi 27 Mai 2013 16:57
    PARTICIPANTS AU STAGE DE BAGUAGE D’OUESSANT EN 1962

    Cliché pris le 03 juillet 1962 à OUESSANT (29) extrait des archives personnelles de Jacques Alamargot ;
    Commentaire rédigé par Jacques Alamargot le 16 mai 2013.
    On reconnait au milieu du groupe, tenant ses jumelles, Michel-Hervé JULIEN, l’organisateur du stage (cercle bleu). Assise, en blouson blanc 3ème à la droite de MH JULIEN, Lucienne LECOURTOIS* (cercle rouge). À l’extrême gauche de la photo, en short, Jacques ALAMARGOT (cercle vert).

    *C’est Mlle LECOURTOIS qui m’a fait connaître ce stage de baguage alors que, comme mes parents, elle habitait à SAINT-LÔ. Elle avait bien voulu m’héberger à OUESSANT dans la maison qu’elle occupait. Bien sûr, elle m’y a fait déguster son entremets aux algues locales. Lucienne LECOURTOIS (1916-2010), originaire de VILLEDIEU-LES-POËLES, était professeur de sciences naturelles à l’école normale des instituteurs de SAINT-LÔ. Enseignante, elle passait une grande partie de ses vacances scolaires sur l’île d’Ouessant. Lorsqu’à sa retraite, elle s’est domiciliée à GRANVILLE, elle a continué à consacrer une grande partie de ses activités à la défense des sites du département de la Manche et à l’étude et la protection des oiseaux et des Iles CHAUSEY, encore ces îles qu’elle adorait.
  • annick - Samedi 24 Mai 2008 20:14
    magnifique
  • collette - Mardi 20 Mai 2008 08:08
    La saga des prés de l'hôpital; conclusion.
    Dans l'épisode 1, il est ajouté au titre "marché de dupes"; les résultats de l'étude menée par le GONm en 1991 ont servi d'outil dans une négociation entre le maire d'Avranches et une administration. Cette négociation devait aboutir à la mise en réserve d'une partie du lit majeur de la Sée en compensation des surfaces perdues sur cette même zone inondable un peu en aval par remblaiement pour cause de projet de développement économique (zone dite de Montcréton). Ce projet de réserve est initialement piloté par la municipalité (qui est à l'origine du projet de remblai), dans un esprit à la fois de protection du milieu et d'ouverture contrôlée au public. Le GONm est logiquement associé à la phase de réflexion, l'essentiel des propositions étant déjà citées dans le bilan du suivi de 1991.
    La vente surprise par le propriétaire (l'hôpital d'Avranches dont le maire est président du conseil d'administration) à une structure gérée par les chasseurs (Fondation habitats) va exclure le GONm du processus. Si l'acquis de statut de réserve de chasse est un plus, la gestion bloquée au stade de projet montre le peu de dynamisme des nouveaux propriétaires, même si l'excuse des incertitudes du tracé de la future route Avranches-Granville a un moment bloqué les réalisations sur le terrain.
    Jean Collette
  • collette - Dimanche 18 Mai 2008 10:41
    La saga des prés de l'hôpital; épisode 8.
    Page de garde du CR de réunion "prés de l'hôpital" du 13 octobre 1995, mairie d'Avranches.Scan J. Collette (fax de mauvaise qualité en cours d'effaçage).
    La liste des participants se suffit à elle-même: essentiellement des représentants de la FDC (administrateurs et techniciens) et des chasseurs de gibier d'eau, des administrations (DDAF, DDE, DIREN) du Conservatoire du littoral, du SMET (du Conseil Général), d'un bureau d'étude (Ouest Aménagement) et de la municipalité d'Avranches (élus et services techniques). Le GONm "n'est plus dans la course"!
    Jean Collette
  • collette - Dimanche 18 Mai 2008 10:30
    La saga des prés de l'hôpital, épisode 7.
    Article extrait de Ouest-France du 4 janvier 1995; scan J. Collette
    Signature officielle: si les objectifs du projet sont bien ceux proposés dès 1991 par le GONm, il n'est plus question du GONm parmi les partenaires.
    Nous sommes en mai 2008, les "projets" et les "tranches de travaux" sont toujours dans les chemises... Pour ceux qui connaissent le site, la roselière des fossés a plutôt régressé sous l'effet du surpâturage estival, les saules spontanés qui servaient de jalons le long de quelques clôtures ont été arrachés, les rives de la Sée sont devenues assez désertiques suite à un chantier "de nettoyage" draconien... Les rangs des nicheurs de l'étude de 1991 (alouette des champs, bergeronnette printanière, pipit farlouse...) se sont éclaircis pour ne pas dire que certaines espèces ont complètement déserté les prés.
    Jean Collette
  • collette - Dimanche 18 Mai 2008 10:13
    La saga des prés de l'hôpital, épisode 6, document 2;
    Article extrait de la Manche Libre du 14 novembre 1993; scan J. Collette
    Même teneur que l'article de Ouest-France, avec cependant la preuve que la DIREN a sorti toutes les informations ornithologiques disponibles, dont des résultats d'une enquête antérieure (1989) à celle des prés de l'hôpital, plus générale puisque couvrant toute la basse vallée de la Sée.
    Là aussi, nous sommes cités comme "partenaires" de la FDC, des chasseurs de gibier d'eau, ce qui n'est plus vrai à cette époque...
    Jean Collette
  • collette - Samedi 17 Mai 2008 08:49
    La saga des prés de l'hôpital, épisode 6.
    Article publié par Ouest-France, le 5 novembre 1993.
    Des études sont engagées. L'association "Rivières et Bocage" est chargée d'un contrat. Des projets de travaux sont couchés sur le papier. Je devrais me réjouir de l'avancée du projet même si le GONm n'est plus dans la course malgré les propos trompeurs de l'article qui mêle dans la même phrase "La fédération départementale de chasse, l'association départementale des chasseurs de gibier d'eau comme le GON et l'environnement..."
    Il n'est plus jamais question de Montcréton... Des camions déversent des tas de terres et de gravats dans les parcelles concernées.
    Jean Collette
  • collette - Samedi 17 Mai 2008 08:40
    La saga des prés de l'hôpital, épisode 5.
    Notes de réunion en mairie d'Avranches, 25 juin 1993. Scan J. Collette
    Je n'ai pas de documents intermédiaires, ni de CR officiel de cette réunion; de toute façon, vu le contexte de connivence entre la municipalité d'Avranches et les chasseurs du crû, le GONm ne risquait pas d'être associé aux démarches. Au cours de la réunion, je suis mis devant le fait accompli: les chasseurs vont acheter les prés de l'hôpital, plus exactement la Fondation Habitats qui est financée par un prélèvement sur chaque permis de chasser. Le reste de la réunion plus technique ne donne pas matière à critiques. Il est bien question d'une mise en réserve de chasse.
    Ce sera mon dernier contact sur le sujet au nom du GONm. Autant dire que le représentant des chasseurs, Monsieur Laurenson, président des chasseurs au gibier d'eau de la baie, administrateur de l'ANCGE, avec qui j'ai des rapports épineux en commission chasse faune sauvage en préfecture à Saint-Lô, se fera un plaisir d'évincer le GONm de la suite des événements. Quant au "conseil de gestion" auquel aurait pu participer le Conseil général, le point d'interrogation de mes notes est trop petit!
    Pour terminer, le fait que l'hôpital vende ses terres n'a rien d'anormal. Le maire est le président du Conseil d'Administration de l'hôpital.
    Jean Collette
  • collette - Samedi 17 Mai 2008 08:25
    La saga des prés de l'hôpital, épisode 4.
    Article publié par Ouest-France le 15 octobre 1992. Scan J. Collette
    La DRAE est devenue DIREN, les mêmes personnes restant actives (Gérard Clouet et Robin Rolland pour ce qui me concerne dans cette affaire).
    L'article ne dit pas l'essentiel, à savoir que ce projet de "zone ornithologique protégée" est une compensation négociée entre la DIREN et le maire d'avranches pour "faire passer le projet" de Montcréton . Le rapport du GONm est devenu central dans la négociation. Il est question "valoriser les lieux", "d'équipement touristique", expressions rappelant des propositions qui étaient déjà publiées à la fin du rapport du GONm: sous le titre "valorisation des potentialités", il était question de l'essentiel (gestion des niveaux d'eau, usages agricoles, chasse interdite, etc), mais aussi de l'aspect "loisirs" dont la maîtrise programmée de la circulation du public.
    Jean Collette